Une autre « Liséerie»

Dernière mise à jour vendredi, 20 janvier 2017 02:57 Ecrit par Nathalie Elgrably-Lévy vendredi, 20 janvier 2017 02:57


En réchauffant le principe de l’achat local maintes fois invoqué par nombre de politiciens, Jean-François Lisée espère projeter l’image vertueuse d’un patriote qui défend l’économie québécoise. Pourtant, la xénophobie économique qu’il exprime est fondamentalement un mensonge antipatriotique.

Pourquoi un mensonge? Parce que sa proposition nuit aux Québécois bien plus qu’elle ne les avantage.

Gaspillage

Pensons-y. Si la production locale offrait un rapport qualité-prix compétitif, elle aurait été spontanément préférée aux importations, etvoter une loi pour forcer le gouvernement ou les sociétés d’État à l’acheter aurait été inutile. Or, ce que demande M. Lisée, c’est de faire abstraction de l’inefficacité relative de certaines entreprises, et de favoriser les bannières locales quitte à payer plus cher ou à en avoir moins pour son argent. Autrement dit, il s’engage àgaspiller l’argent des contribuables, lesquels supportent déjà un fardeau fiscal écrasant, pour avantager les entreprises incapables de rivaliser avec les firmes étrangères.

M. Liséerétorquera certainement qu’en privilégiant lesdites entreprises, il les encouragera à améliorer leur compétitivité. Il se trompe. Le patriotisme économique est contre-productif. C’est même un cadeau empoisonné. Pourquoi les entreprises locales s’efforceraient-ellesd’innover ou d’être plus efficaces si elles n’ont plus de rivales étrangères, et si elles sont assurées d’avoir l’État comme client? Qui sait, peut-être même seront-elles tentées d’augmenter leurs prix!

Le vrai patriotisme

En bon paléo-socialiste, M.Lisée considère que l’injection de fonds publics est une panacée. Pour lui, le favoritisme serait un remède à l’inefficacité. Il n’a pas compris qu’être patriote, ce n’est ni accepter de payer plus cher pour la production locale ni dilapider les fonds publics. Ce n’est pas en achetant par pitié qu’on construit une économie solide et prospère. C’est plutôt en créant un environnement d’affaires peu contraignant afin d’encourager l’effort,l’investissement, l’innovation et la création d’emplois. Mais ne demandons pas au chef du PQ de comprendre cela!

Laisser une Réponse