Tolérance zéro

Dernière mise à jour jeudi, 21 juin 2018 08:31 Ecrit par Gérard Akoun jeudi, 21 juin 2018 08:31


« Tolérance zéro » cette nouvelle politique appliquée aux immigrants clandestins arrêtés à la frontière américano mexicaine avait été annoncéepar le ministre de la justice, Jeff Sessions le 7 mai dernier. L’entrée illégale dans le territoire américain ne relevait plus du droit civil mais du droit pénal. Cela entrainait donc l’emprisonnement des adultes mais que faire des enfants quand ces personnes étaient en charge d’enfants mineurs ?

Qu’à cela ne tienne, les autorités séparaient malgré leurs cris et leurs pleurs, les enfants de leurs parents et les enfermaient, par groupes de vingt dans des cages, situées dans des camps de rétention grillagés. Je n’invente rien, vous avez pu voir, comme moi, ces images à la télévision ; la plupart d’entre elles proviennent directement des services des douanes et de la protection des frontières américaines.Ils seraient plus de 2000 à vivre, si cela s’appelle vivre, dans de telles conditions. On leur fournit, rassurez-vous, de l’eau, des paquets de chips et des couvertures de survie. Ces images ont provoqué l’indignation de très nombreux américains qui n’ont pas supporté le traitement que subissaient ces enfants. Les quatre anciennes Premières dames, toujours vivantes et même la cinquième Melania Trump se sont déclarées choquées qu’on puisse arracher des enfants à leurs parents. Rosalynn Carter a parlé d’une « mesure déshonorante, une honte pour l’Amérique », Laura Bush l’épouse du président, républicain comme Trump, George W. Bush a déclaré « cette politique est immorale, elle me fend le cœur » MicheleObama aretwitter ce message,elle a remercié madame Bush pour sa déclaration en ajoutant « parfois la vérité dépasse les partis » Quant à Hillary Clinton, elle a affirmé que « Déchirer les familles allait à l’encontre des valeurs américaines ».
Donald Trump sera t’il influencépar ces déclarations dont il faut saluer l’humanité, d’autant plus que les anciennes Premières dames, et surtout l’actuelle n’ont pas, pour habitude, de s’exprimer sur le plan politique ? Ce n’est pas impossible ! Si cela peut le servir, Donald Trump n’hésitera pas à montrer que lui aussi a du cœur. Je pense qu’il se moque des droits humains et de la souffrance des enfants. Ceux-ci lui servent d’otages pour obliger, les représentants démocrates et les quelques républicains qui ne le soutiennent pas, à voter au Congrèsdes lois restrictives à l’immigration. Ce ne sont pas seulement les immigrants clandestins qui sont visés, il veut interdire toute immigration en provenance du Mexique et de certains pays d’Amérique Centrale.Il demandera, donc, au Congres de réduire le nombre de réfugiés admis chaque année aux Etats Unis et entre autres de limiter le regroupement familial. Il veut fermer la porte à tous ces gens qui « infestent » les Etats Unis.Il veut aussi pousser le Congrès à lui voter les vingt-cinq milliards de dollars nécessaires à la construction du mur de 7 mètres de haut àla frontière entre la Mexique et le Etats Unis et qu’il voulait àl’origine faire payer par le Mexique.
C’est un retour aux lois de 1921 et 1924, lois dites « des quotas » qui avaient été édictées pourempêcher les ressortissants d’Europe du Sud, il y avait déjà trop d’italiens, et d’Européens de l’est, il y avait déjà trop de juifs, d’immigrer aux Etats Unis. Les italiens parce qu’ils étaient catholiques, les juifs parce que, outre le fait d’être juifs, ils étaient de dangereux révolutionnaires, ils créaient des syndicats ! il fallait renforcer l’hégémonie des WASP(blancs, anglosaxons, protestants) dans la population américaine en privilégiant une immigration en provenance d’Europe du nord. Ces lois restrictives continuèrent, malheureusement pour les juifs, à être appliquées malgré l’arrivée des Nazis au pouvoir et l’adoption des lois raciales de Nuremberg. Elles ne furent abolies qu’en 1960.
Un vent mauvais souffle sur l’Europe, on assiste à une montée des populistes de droite comme de gauche et des extrêmesdans nos démocraties que l’on croyait à jamais vaccinées contre de telles dérives.Les discours de Donald Trump trouvent des échos dans nos sociétés, même dans les milieux dirigeants. Il ne s’agit pas seulement de lutter contre l’immigration clandestine oude réguler le droit d’asile, le droit au regroupement familial, le droit aux soins médicaux, il s’agit de réduire ces droits à leur plus simple expression. Peut-on endouter, quand on entend, le ministre de l’intérieur Gérard Collomb parler de « submersion migratoire » à propos des 43000 immigrants que la France accueille, officiellement, chaque année?
Une bonne nouvelle pour terminer, DonaldTrump,apitoyé, lui aussi, par les images qu’il avait vu à la télé, a signé hier un décret présidentiel pour éviter la séparation des familles de migrants.

Laisser une Réponse