Révolte en Syrie

Dernière mise à jour mardi, 22 mars 2011 11:59 Ecrit par Luc Rosenzweig mardi, 22 mars 2011 11:59

Le mouvement de révolte arabe a maintenant atteint la Syrie. De violents affrontements ont opposé les habitants de la ville de Deraa dans le sud du pays à des unités de l’armée venues pour réprimer les manifestations antigouvernementales.
Samedi 19 mars les soldats ont tiré a balles réelles sur les manifestants, tuant deux personnes et en blessant plus d’une centaine.
Dimanche, la foule en colère a incendié le siège du parti Baas de Deraa et saccagé le palais de justice, deux symboles du pouvoir dictatorial de Bachar el Assad.
Les chancelleries occidentales ont émis des protestations contre ces actes de répression, mais cela n’ira pas plus loin.
La dictature syrienne est une des plus implacable du Moyen-Orient : on se souvient qu’en 1983, Hafez El Assad avait n’avait pas hésité à massacrer plusieurs dizaines de milliers de personnes dans la ville de Hama.
Et pourtant, ce pays est le plus courtisé par les Occidentaux, car ces derniers nourrissent l’espoir de le détacher de son alliance avec l’Iran pour lui faire jouer un rôle stabilisateur dans la région.
Alors, on ferme les yeux sur les atteintes constantes aux droits de l’homme en Syrie, sur la mise en coupe réglée du Liban par les hommes de Bachar el Assad, sur l’appui militaire et logistique fourni au Hezbollah.
Cette complaisance à l’égard de la Syrie n’est aujourd’hui plus de mise. Le régime de Bachar El Assad ne mérite pas plus de considération que celui de Kadhafi.
Cette situation, on s’en doute, renvoie aux calendes grecques les négociations d’un traité de paix entre Israël et la Syrie, vieux serpent de mer qui resurgit à intervalles réguliers.
La majorité des habitants de Deraa appartient à la minorité druze de Syrie. Le Druzes du Golan tout proche ne sont pas pressés, dans les circonstances présentes de revenir dans le giron d’un Etat syrien qui traite leurs frères avec une telle brutalité.


Laisser une Réponse