Provocation syrienne

Dernière mise à jour mardi, 7 juin 2011 10:50 Ecrit par Luc Rosenzweig mardi, 7 juin 2011 10:50

Les affrontements qui se sont produits dimanche à la frontière nord d’Israël sont regrettables. Le régime aux abois de Bachar el Assad a favorisé, sinon encouragé des Palestiniens réfugiés en Syrie à tenter de forcer la barrière qui sépare hermétiquement les deux pays. Une intrusion d’une centaine de manifestants dans le village druze de Majdal el shams s’était déjà produite le 15 mai dernier, à l’occasion de la commémoration de la Naqba.
Le gouvernement israélien avait prévenu : il ne tolérera pas que ses frontières soient à nouveau violées par des provocateurs manipulés par ses ennemis, à Damas, à Beyrouth ou ailleurs.
C’est donc en toute connaissance de cause que le régime de Damas a encouragé cette provocation. D’ailleurs la télévision syrienne et des médias à la botte du régime étaient présents sur le terrain. On a même appris, par le biais d’un site d’opposition au régime syrien, que ces manifestants avaient reçu 1000 $ des autorités, et qu’on avait promis 10000$ aux familles des victimes potentielles.
En dépit des avertissements oraux diffusés par les hauts parleurs des soldats de Tsahal, et des coups de semonces tirés en l’air, ces manifestants ont continué à tenter de pénétrer en Israël.
Ces graves incidents auraient fait une vingtaine de morts et plusieurs centaines de blessés, nous rapportaient dimanche soir les médias français.
On est en droit de s’étonner que ces médias, qui fustigent depuis des semaines un régime de Damas qui interdit son territoire aux journalistes étrangers, reprennent sans la moindre précaution des informations et des images émanant de ce même régime.
Sont-ils plus crédibles que les officiers israéliens ? Ces derniers affirment que les tireurs d’élites postés à la frontière visaient les jambes des provocateurs. Ils affirment de plus que l’explosion d’une mine antichar du côté syrien est la cause probable de la plupart des morts et blessés de ce sombre dimanche. Mais ce qui restera, une fois de plus, gravé dans l’esprit des auditeurs et téléspectateurs, c’est l’image de soldats juifs tirant sur des Arabes désarmés.


Laisser une Réponse