Pour aller plus loin : « va vers toi-même ! »

Dernière mise à jour jeudi, 18 novembre 2010 10:09 Ecrit par Rony Akrich vendredi, 15 octobre 2010 04:57

D’… parle à Avraham: » Pars ! » Et Avraham écoute sa parole. Il se lève, sort de sa torpeur et se laisse conduire vers l’inconnu. Sur ce nouveau chemin, Avraham est obligé d’abandonner beaucoup : famille, lieu d’habitation… On pourra remarquer l’ordre des termes employés: le pays, la famille, la maison. Dans le réel, lorsque l’on part, on quitte d’abord sa maison, puis sa famille et en dernier lieu son pays. L’important ici n’est donc pas le voyage, le changement de lieu mais bien le détachement. Il s’agit de se détacher peu à peu: du plus facile au plus difficile: nous ne sommes plus d’un pays mais de tous les pays; nous ne sommes plus d’un village mais de tous les villages; nous ne sommes plus d’une famille mais de toutes les familles. Tout cela nous dit qu’entamer, puis suivre le chemin de D’…, n’est pas une démarche facile. Il faut être prêt à quitter beaucoup; être capable d’abandonner ses possessions, ses habitudes, son calme, sa vie paisible, sa famille,…
Le D’… d’Avraham réveille, met en route, déplace, dépayse, change, transforme! Il peut surprendre et déconcerter (pourquoi se lever alors qu’il est déjà tard dans notre vie?). Il invite à l’abandon… et promet l’abondance…
Une phrase importante a été omise dans la plupart des traductions bibliques françaises.
Le texte qui nous intéresse commence normalement ainsi:
« L’Eternel dit à Avraham: « Va vers toi-même; quitte ton pays, laisse ta famille et la maison de ton père… » »
« Va vers toi-même! »
Il ne s’agit pas de s’éparpiller dans toutes les directions, il ne s’agit pas de partir loin!
Il s’agit de rentrer en soi… Il s’agit de pousser une porte oubliée.
Dieu parle!
Si Dieu me parlait, j’aurais peut-être envie qu’IL me dise: « Mon enfant, viens vers moi! »
Quelle serait ma réaction s’il me disait, comme à Avraham: « Va vers toi-même ».
Aller vers soi-même, « ce si grand inconnu », cela fait un peu peur! C’est un voyage qu’on n’ose pas toujours.
Et si ce « moi-même » n’était pas d’accord avec la vie que je vis!
Le déplacement auquel l’Eternel nous convie est une marche vers nous-mêmes, vers notre identité profonde.
Qui suis-je? Qu’est-ce que je, le profond « je », désire?
Qu’est-ce que je désire vraiment lorsque je n’appartiens plus à un clan, une bande, une famille,…
Qu’est-ce que je désire quand je suis seul, dépouillé, quand je me rends transparent à moi-même?
Face à moi-même, je ne peux plus mentir, tricher,… Je ne peux qu’être vrai!
Le jour où l’Eternel m’appellera, aurai-je l’impression d’avoir vécu ma vie, celle qui vivait au fond de moi,
ou aurais-je l’impression d’avoir vécu celle qui m’a été dictée par les autres,
ou celle que j’ai vécue pour plaire aux autres?
Notre vie reflètera-t-elle notre profondeur?
La vie est un cadeau précieux que tous les hommes reçoivent. Ouvrons-nous seulement le cadeau d’emballage?
Notre vie est-elle fausse ou vraie? Transpire-t-elle le Tréfonds?
Le va du texte indique un déplacement. Il y a une marche à faire vers la connaissance de soi.
Marcher vers soi-même permet de devenir transparent à notre profondeur et de vivre vraiment.
Pourquoi marcher vers soi-même? Pour quel voyage? Pour aboutir où?
La fin du texte est promesse de bénédiction:
« Je ferai de toi un grand peuple; je te bénirai, je magnifierai ton nom ».
Notre D’… nous invite à un voyage vers la Grandeur, la Beauté et ce voyage passe par nous-mêmes.
En nous, il existe quelque chose à découvrir:
Comme un minuscule point de lumière qui peut grandir jusqu’à éclater dans toutes les directions de la terre.
Comme une graine endormie qui attend de bons soins pour grandir et devenir trésor pour l’humanité.
Va vers toi-même! Rencontre-toi. Connais-toi!
Se connaître, marcher vers soi, pour finir par s’ouvrir à la multitude…
Notre D’… est union! Il nous ouvre au partage.
Comment réaliser ce voyage?
Le silence et la solitude sont des clés pour faire le chemin vers soi.
Mais il ne faut pas partir seul!
Par la prière, nous pouvons demander à L’Eternel de nous éclairer, de nous donner Son Esprit de Lumière.
L’Eternel, si l’on prend sa main, nous indique le chemin.
Il saura nous donner ce qui est bon pour que notre vie se réalise pleinement!

Source : Rony Akrich



1 Commentaire

  1. Lila   |  mardi, 27 octobre 2015 à 18 h 36 min

    Merci pour cet article, je vous joins également une analyse aussi intéressante http://la-source-des-sagesses.blogspot.fr/2015/10/abraham-l-ame-des-multitudes-va-vers-toi.html

Laisser une Réponse