L’envers de la médaille

Dernière mise à jour mercredi, 31 janvier 2018 09:57 Ecrit par Nathalie Elgrably-Lévy mercredi, 31 janvier 2018 09:57


La campagne #MoiAussia incité des milliers de femmes à s’exprimer. Certaines ont dénoncé des viols, tandis qued’autres ont rapporté des gestes déplacés ou des avances vulgaires.

Dérapage

En permettant de traduire devant les tribunaux des criminels jusque-là impunis, #MoiAussi a été salutaire. Mais le mouvement a également connu un dérapage qui laissera d’importantes séquelles sociales.

D’une part, le terme «agression» est devenu un immense parapluie qui va du viol aux propos obscènes. En évacuant toute nuance, en amalgamantun crime contre la personne et un commentaire grossier, on banalise les vrais délits et on nuit aux vraies victimes.

D’autre part, on a vu des carrières détruites et des vies anéanties dans les heures qui ont suivi une allégation sur #MoiAussi. Aucune plainte formelle, aucune enquête, aucun droit à la défense, aucun procès. L’accusé est immédiatement jugé et condamné par un tribunal public qui carbure à la vengeance. La présomption d’innocence et tout notre système de justiceont été brutalement balayés.

Toxique

Or, au lieu de rapprocher les sexes,la justice du Web laisse dans son sillage un climat social toxique qui les éloigne, voire les oppose. Comme les interactions professionnelles et sociales entre hommes et femmes deviennent un terrain miné, les hommes, pour qui le risque réputationnel est décuplé, auront pour réflexe légitimed’éviter toute forme d’échanges. Peut-être même éviteront-ils carrément d’embaucher des femmes.

Les femmes ont durement lutté pour s’imposer dans des industries essentiellement masculines. Mais #MoiAussi a également prouvé l’existencede femmes fragiles, voire faibles,facilement intimidées par quelques libidineux dévergondés. Si le mouvement était initialement bien fondé, la tangente qu’il a prisedéconstruit l’image de la femme forte et égale à l’homme.

Einstein disait qu’«il et plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé». Dans ce contexte, #MoiAussi cause un préjudice aux femmes qui exigera certainement des années pour le réparer.

Laisser une Réponse