Le recyclage de GND

Dernière mise à jour jeudi, 20 avril 2017 10:36 Ecrit par Nathalie Elgrably-Lévy jeudi, 20 avril 2017 10:36


J’ai souvent critiqué Jean-François Lisée pour son flirt avec Québec Solidaire. Je trouvais déconcertant qu’un homme apparemment intelligent adopte les idées rétrogrades d’un parti obscurantiste. Je dois aujourd’hui le féliciter de s’être distancé de Gabriel Nadeau-Dubois et de sa proposition de couper le financement public des écoles privées.

Lamentable

Il faut dire que l’idée de GND d’abolir le financement des écoles privées, une idée vieille comme le communisme, est lamentable sous tous ses aspects.

Premièrement, le financement de l’école privée serait coûteux pour l’État. Faux! Certes, les écoles privées sont financées à 60% par Québec. Mais vu le contrôle gouvernemental serré auquel elles sont soumises et les rares prérogatives dont elles jouissent, elles s’apparent davantage à des écoles publiques financées à 40% par les parents. Le réseau privé est donc une source d’économies pour Québec.

Deuxièmement, il nuirait aux enfants du public. Faux! Comme le réseau privé permet à l’État de réaliser des économies, il peut dépenser davantage pour chaque enfant du réseau public. Le réseau privé favorise donc la qualité du réseau public, aussi discutable soit-elle.

Troisièmement, elle créerait un système d’éducation à deux vitesses. Faux! Sans financement étatique, des dizaines de milliers de parents n’auront plus les moyens d’offrir l’école privée à leurs enfants. Seuls les enfants issus des familles les plus riches auront le luxe d’une éducation de qualité. Les autres croupiront dans des écoles délabrées et surchargées. Le réseau privé contribue donc à l’égalité des chances.

Clownesque

Le financement du réseau privé bénéficie surtout à la classe moyenne. N’est-il donc pas cocasse que QS, le parti qui veut faire «primer l’intérêt de la collectivité sur l’intérêt d’une minorité possédante» montre si peu de solidarité? Et n’est-il pas clownesque que GNB, l’ «étoile montante» de 26 ans de QS, n’ait rien trouvé de mieux que de recycler les élucubrations de la génération qui l’a précédé?

Laisser une Réponse