La saison des sanglots

Dernière mise à jour vendredi, 28 avril 2017 04:52 Ecrit par Nathalie Elgrably-Lévy vendredi, 28 avril 2017 04:52


La saison des impôts rime avec la saison des sanglots. Non pas tant en raison de l’effort que les gouvernements exigent des contribuables, mais plutôt à cause des lamentations annuellesdes partisans de la «solidarité» qui, au nom de l’équité sociale, accusent les riches de ne pas faire leur juste part.
Équité

Personne n’est contre l’équité sociale. Bien au contraire! Mais que signifie-t-elle concrètement? Et à partir de quel point la contribution des divers groupes est-elle socialement équitable?
Selon les statistiques les plus récentes, qui datent de 2013 (sic), le Québec compte 6,5 millions de contribuables. De ce nombre, 37,1% ne payent aucun impôt. L’ensemble du fardeau fiscal est donc supporté par 62,9% des contribuables, ou 50% de la population totale.
Lesrevenus de 100 000$ ou plus représentent 24,7% des revenus totaux. Les «riches» assument donc 38,6% de l’impôt à payer tandis qu’ils ne comptent pour 5,6% de l’ensemble des contribuables. Quant à ceux qui déclarent 150 000$ ou plus, lesquels pourraient tous être contenus dans une ville à peine plus grande que Terrebonne, ils touchent 14,2% de l’ensemble des revenus, paient 23% de l’impôt tout en représentant 2,5% des contribuables.
En somme, l’impôt de 5,6% des contribuables finance tous les ministères suivants réunis: Familles; Affaires municipales, Transports, Sécurité publique; Justice; Ressources naturelles; Développement durable; Immigration; Agriculture, Pêcheries et Alimentation; Relations internationales; Culture, Communications; Finances; Travail, ainsi que l’Assemblée nationale et les personnes qu’elle désigne. Alternativement, leur contribution est presque équivalente au budget du ministère de l’Éducation, Loisir et Sport.
Glouton
Les chiffres prouvent que les riches sont solidaires. Sans eux,notre modèle québécois serait tout simplement inenvisageable. Alors quelle devrait être leur contribution pour que nos bien-pensants considèrent qu’il y a équité sociale? S’il n’existe pas de réponse facile, c’est sans doute que le problème n’est pas la contribution insuffisante des riches, mais plutôt la gourmandise excessive d’un État-glouton!

Laisser une Réponse