Israël Palestine : Etat des lieux

Dernière mise à jour jeudi, 18 janvier 2018 10:07 Ecrit par Gérard Akoun jeudi, 18 janvier 2018 10:07


L’année 2017 s’est écoulée sans évolution majeure du statu quo entre israéliens et palestiniens. Les négociations, sont au point mort mais la coopération sur le plan sécuritaire se poursuit entre l’Autorité Palestinienne et les israéliens, ce qui permet, de prévenir un certain nombre d’attentats. Certains ont quand même lieu, commis par des individus isolés, éliminés avant ou après avoir, malheureusement fait des victimes. Des obus ou des missiles sont parfois lancés depuis Gaza sur les villages israéliens frontaliers, auxquels répondent des bombardements de l’aviation israélienne sur des cibles du Hamas. De la routine qui ne semble pas empêcher les israéliens, de mener une vie quasi normale.

Sur le plan politique, la préoccupation principale de Benyamin Netanyahou consiste à se maintenir au pouvoir au moins jusqu’au renouvellement de la Knesset qui aura lieu au début de l’année 2019. Il est, en effet, empêtré dans de nombreuses affaires de corruption dont il espère pouvoir se tirer mais l’étau se resserre autour de lui et de sa famille. Tant qu’il sera premier ministre, même mis en examen, il ne sera pas, légalement, obligé de démissionner. Il pourra se maintenir à son poste. Il n’est donc pas question, pour lui, de provoquer une rupture de la coalition. Il va donc rester l’otage des plus extrémistes au sein de son parti, le Likoud mais aussi de ses alliés nationalistes religieux et orthodoxes.

Ils vont proposer à la Knesset le vote d’un certain nombre de projets de lois liberticides à l’encontre des fondements de la démocratie israélienne. Ils veulent limiter les pouvoirs de la Cour Suprême, Naftali Bennet accuse les juges d’outrepasser leur mandat en rejetant des lois adoptées par la Knesset ! Avigdor Lieberman quant à lui veut faire voter la peine de mort contre les terroristes, alors qu’elle existe déjà dans les textes, mais n’a été appliquée qu’une seule fois contre Eichmann ! Les ultra orthodoxes réclameront toujours plus de subventions pour leurs bonnes œuvres et tenteront d’imposer une application plus stricte de la loi religieuse. Pour les uns comme pour les autres il s’agit de gagner des voix au sein de l’électorat populiste en prévision des prochaines élections. Cette coalition a la chance de ne pas avoir une opposition structurée avec au moins un leader, je ne dis pas charismatique mais qui sorte du lot.

En face, chez les palestiniens, la situation est bien plus grave, l’Autorité Palestinienne est corrompue. Elle est démonétisée, au sens propre comme au sens figuré. La fracture Hamas Fatah l’a considérablement affaiblie. La déclaration de Donald Trump reconnaissant unilatéralement Jérusalem comme capitale d’Israël, l’a, pourrait on dire, achevée. Mahmoud Abbas n’a plus rien à quoi se raccrocher. Les américains devaient servir de médiateurs, après cette déclaration, il ne peut faire autrement que les récuser comme arbitre. En retour les américains baissent leur aide financière, de plus la moitié. Au Conseil national de l’OLP qui s’est tenu le 14 Janvier à Ramallah, Mahmoud Abbas a dénoncé, je cite « la gifle du siècle » qualifiant ainsi le plan de paix fomenté en secret par l’administration américaine. Il a attaqué les américains et encore plus violemment Israël affirmant, je cite, qu’Israël « était un projet colonial qui n’avait rien à voir avec le judaïsme » Il a repris les arguments développés par les palestiniens pendant longtemps mais que l’on n’entendait plus ou peut être seulement en langue arabe, des propos ignobles déclarant que « la terre sainte était si étrangère aux juifs qu’ils ont préféré aller vers une mort certaine orchestrée par les nazis que d’y migrer » j’arrête là ces citations négationnistes.

Selon un reportage de la télévision Israélienne diffusé mardi soir, Mahmoud Abbas aurait décidé de prononcer des discours incendiaires à l’encontre des Etats Unis et d’Israël après que des fonctionnaires saoudiens l’aient informé des paramètres du plan de paix de Trump qui étaient massivement favorables à l’Etat juif. Je n’ai pas plus d’information au moment où j’écris cette chronique, sauf cette phrase de Mahmoud Abbas prononcée, mercredi, au Caire : « Jérusalem est la porte de la paix et de la guerre, Trump doit choisir » mais je ne peux m’empêcher de penser aux propositions de paix que Ehud Olmert, alors premier ministre d’Israël, avait faites il y a une dizaine d’année environ au même Mahmoud Abbas et qui étaient nettement plus favorables aux palestiniens. Mahmoud Abbas les avait refusées et me revient en mémoire ce jugement porté en 1978 par Abba Eban ministre des affaires étrangères « les palestiniens ne manquent jamais une occasion de rater une opportunité. »Je me dis aussi que les Israéliens ont à la fois de la chance et de la malchance d’avoir pareil ennemi !

Je termine en vous souhaitant une meilleure année 2018.

Laisser une Réponse