1948-2018 : Les 70 ans d’un pays pas comme les autres

Dernière mise à jour vendredi, 11 mai 2018 07:46 Ecrit par Dora Marrache vendredi, 11 mai 2018 07:46


La Déclaration universelle des droits de l’Homme(DUDH) fête ses 70 ans cette année. Mais qu’importe ! Nous, Juifs, ne voyons cette année qu’un événement important à nos yeux, un événement qui nous donne toutes les raisons de nous réjouir: l’anniversaire d’Israël, de l’État juif dont nous sommes si fiers, même si pèsent sur lui de lourdes menaces qu’il réussira, grâce à son armée aux qualités uniques au monde, à endiguer.

Pour les Juifs, la Re-naissance officielle d’Israël est célébrée à la date hébraïque, c’est-à-dire le 5ÈMEjour du mois de lyar, mais c’est le 14 mai du calendrier grégorien que les autres nations considèrent comme une date historique, comme la date de la proclamation de la naissance de l’État juif : « Nous proclamons la ¬fondation de l’État juif dans le pays ¬d’Israël, qui portera le nom d’État ¬d’Israël »,avait alors déclaré David Ben Gourion.

Donc 70 ans seulement –qu’est-ce que 70 ans à l’échelle de l’histoire de l’humanité ?- nous séparent de ce jour qui a changé notre destin, de ce jour béni qui a vu naitre en même temps que le pays un Juif nouveau presque aux antipodes du Juif de l’exil.
Nous vivons comme si hier était pareil à aujourd’hui. Mais grâce à des hommes animés d’une foi solide en la possibilité d’avoir leur État, de devenir une nation avec son drapeau, son armée, son hymne national, nous avons aujourd’hui notre pays, notre patrie.

Israël, un pays né de l’Holocauste ?C’est ce que les « Palestiniens » n’ont cessé de dire. FAUX !Israël n’est pas né de l’Holocauste, Israël n’est pas une compensation offerte aux Juifs à la suite de la mort de 6 millions des leurs. Israël a commencé sa résurrection bien avant cette tragédie. Même sans la Shoah, Israël aurait ressuscité.

La présence des Juifs en Terre sainte, faut-il le rappeler, remonte au roi David. Et l’histoire du peuple juif compte pas moins de 5778 ans ! Israël est devenu une nation en 1312 av. JC, alors que l’Islam est né au VIIème siècle de l’ère chrétienne. Puis il y eut l’exil forcé : 2000 ans de souffrances au terme desquels Théodore Herzl suggéra, pour y mettre un terme, de donner une terre aux Juifs. Et en 1897, à l’occasion du premier congrès sioniste, Théodore Herzl proclama le droit du peuple juif à la renaissance nationale dans son propre pays.Les fondements de l’État juif ont donc été jetés plus d’un demi-siècle avant la re-création de l’État juif. Si les nations semblent avoir rayé de leur mémoire ces dates, les Juifs, eux, ne les oublient pas et connaissent leurs droits sur la Terre sainte.

Et la Déclaration Balfour du 2 novembre 1917,en réaffirmant le lien historique qui unit le peuple juif et la Palestine, leur a reconnu le droit d’y vivre. Et c’est ainsi qu’entre 1924 et 1928 plus de 60 000 Juifs se sont installés en Palestine.

En revanche, il serait peut-être bon de rappeler à ceux qui feignent de l’oublier qu’il n’y a jamais eu de nation arabe palestinienne, ni de langue, ni de drapeau palestinien, que ce peuple doit sa création à Arafat.

Israël, un pays pas comme les autres à tout point de vue

C’est en vain que je cherche sur notre planète Terre un autre pays, un seul, auquel je puisse comparer Israël. Et force est de constater qu’il n’en existe aucun, absolument aucun !Israël ne vient pas s’ajouter aux 191 États que compte l’ONU, Israël n’est pas et ne sera jamais un État comme les autres même si, à première vue, l’État juif ne diffère en rien des autres États : comme eux, il a son hymne national, son armée, sa monnaie, etc.

D’abord, c’est un pays en guerre depuis sa naissance : En effet, aussitôt que l’ONU eut proclamé la création de 2 États, un État juif et un État arabe, les Arabes manifestèrent leur refus : cinq États arabes se liguèrent alors contre lui, convaincus qu’ils n’auraient aucune difficulté à éliminer ces Juifs qui avaient eu la chance d’échapper aux fours crématoires.

C’est aussi un pays qui est le centre du monde : Pour la communauté internationale, Israël n’est pas un État banal, il est le centre du monde, ne fût-ce que par l’importance médiatique qu’on lui accorde. Mais hélas il y a un monde entre la véritable image d’Israël, le vrai Israël et l’image que les médias et le reste du monde en donnent.
Et ce qui est encore plus regrettable, c’est qu’on refuse à l’État juif les droits accordés à tous les pays. Entre autres, il est le seul pays au monde auquel on ne reconnaît pas le droit à la légitime défense, un droit propre à tout pays. Et deuxièmement, il est le seul pays au monde dont la légitimité est remise en question alors qu’il repose sur des lois internationales.En lui refusant ces deux droits fondamentaux, on considère donc qu’Israël n’est pas à proprement parler un pays.

Et c’est le pays d’un peuple différent des autres peuples à bien des égards. Et il se doit de préserver cette précieuse différence, cette particularité, cette originalité qui lui permet de ne pas se noyer dans la grisaille universelle. Israël, un pays pas comme les autres certes, mais un pays qui suscite l’admiration et dont les Juifs sont fiers. À quoi cela tient-il ?

1. Au peuple juif lui-même :

– Un peuple dont la survie tient du miracle.Le peuple juif pendant 2000 ans a subi massacres, pogroms, persécutions dans les pays d’exil et, faute de pouvoir l’éliminer, l’Allemagne, avec le consentement de la communauté internationale, s’est attelée à le faire disparaître. En vain ! Le peuple juif est toujours là, mais quel bonheur pour lui de ne plus être tributaire des pays d’accueil ! Maintenant il a retrouvé son pays, la terre de ses ancêtres d’où ils ont été chassés deux mille ans auparavant.

Certes, la sécurité est le souci numéro un dans ce pays. Et les Juifs ont dû surmonter, comme par le passé, les épreuves les plus terribles qui soient et résister à toutes les tentatives d’éradication. Mais malgré toutes les épreuves, malgré toutes les roquettes qui se sont abattues sur lui, et qui continuent de s’abattre, malgré le terrorisme et les menaces de l’Iran, du Hamas et du Hezbollah, de la Syrie, Israël est le 7ème pays le plus heureux aumonde. Quel pays sur notre terre peut se vanter d’avoir grandi dans des conditions similaires et de compter parmi les pays les plus heureux? Cette résurrection devrait faire réfléchir tous les antijuifs.Faut-il y voir un miracle ou un mystèrepuisque aucune explication rationnelle à cette renaissance ne peut nous satisfaire pleinement ?

-Un peuple d’une résilience exceptionnelle Sans cette résilience unique au peuple juif, sans ce sang-froid qu’il conserve même dans les moments les plus difficiles, ce peuple aurait disparu depuis longtemps. Et je voudrais souligner ici le courage et la force de ces pionniers qui ont tout mis en œuvre pour que leur rêve devienne réalité . Nous leur devons une reconnaissance éternelle, eux qui ont surmonté la peur pour tenir tête aux Arabes qui s’étaient juré de les exterminer. Comme l’avait si bien dit André Malraux « L’État sioniste est né du courage, sans lui, même l’argent venu des États-Unis eût été vain; sans lui, jamais le sionisme n’eût été arraché à l’utopie ».

Après les atrocités qu’ils avaient vécues et les horreurs dont ils avaient été témoins, les rescapés des camps auraient pu se révolter et nourrir un désir de vengeance à l’encontre du monde entier. Au lieu de cela, beaucoup ont choisi de s’embarquer pour Israël et de travailler à mettre en valeur ce désert qui porterait en 48 le nom d’Israël.Ils ont en quelque sorte sublimé leur désir de vengeance et leurs tendances destructrices à l’encontre de leurs tortionnaires en tendances constructrices. Ils ont canalisé toutes leurs énergies vers la renaissance de ce pays Ils n’ont pas laissé la haine gagner leur cœur.Tous leurs actes, au lieu d’être dictés par un désir de vengeance, ont été inspirés par la raison : puisque les Juifs étaient indésirables en Europe, ils fonderaient leur propre État, ils retourneraient sur la terre de leurs ancêtres. C’est donc qu’Israël a été pour eux, après ce terrible tsunami qui s’est abattu sur leur peuple, l’issue de secours.

Ou bien, si on préfère, disons que si vengeance il y a, elle a pris la forme la plus belle qu’on eût pu imaginer : à tous ceux qui voulaient les exterminer, ils ont donné cette réponse: l’État d’Israël, né des sables du désert, le désert devenu un jardin d’Eden.
Gloire donc à ces pionniers qui, animés d’un idéalisme à toute épreuve et d’un altruisme hors du commun, ont changé notre vie, notre vision du monde, notre façon d’appréhender l’avenir !

-Une armée exceptionnelle,Tsahal, une armée qui n’est pas comme les autres. Tsahal est UNIQUE ! Elle porte bien son nom: Armée de défense d’Israël. Son nom, acronyme hébreu de TsvaHaganaLeIsrael, a été choisi pour bien rappeler que ses opérations sont menées dans une visée essentiellement défensive et non colonisatrice.
C’est une armée sur laquelle pèse une responsabilité d’une lourdeur inqualifiable et qui s’acquitte de sa tâche avec une rigueur tout aussi exceptionnelle, une armée qui doit non seulement garantir l’intégrité du territoire, mais aussi répondre à une multitude de tâches.Elle est, comme le disait Frédéric Encel, « le rempart unique d’un peuple à qui l’on n’a plus laissé le choix que la réappropriation du droit universel à l’usage de la force. »
Et ce n’est pas sans raison que les Israéliens sont fiers de leur armée et qu’ils lui font une confiance inébranlable. Ces soldats sont des héros qui s’ignorent et qui se sont juré pour leur nation : Jamais plus Massada ! Jamais plus de Shoah !Alors, évidemment, quand il s’agit de Tsahal, nous Juifs, ne tarissons pas d’éloges. Il n’est pas une armée au monde qui soit autant aimée que l’est Tsahal, mais il n’est pas non plus une armée au monde qui puisse peut se vanter d’avoir un Code d’Éthique (« L’Esprit des Forces israéliennes de défense » FDI) dont la violation est sévèrement punie.
– Un Juif nouveau, un Juif deboutSans doute est-ce là la plus belle des réalisations du sionisme : la naissance d’un nouveau Juif, aux antipodes du Juif de l’exil. Les sionistes ont accompli un véritable miracle, le plus incroyable des miracles : ils ont changé le statut du Juif et, partant, ils ont fait surgir un nouveau type de Juif, un Juif aux antipodes de celui qui existait avant la création d’Israël. Même physiquement, le Juif a changé : il n’a plus rien du Juif chétif comme on le décrivait en Europe centrale. Finie la crainte d’être la cible des antijuifs, finie la passivité, et d’objet qu’il était, le Juif est devenu « sujet », il est maître de son destin.

Ce nouveau Juif tourne le dos à deux mille ans d’exil ! Il embrasse le renouveau sous toutes ses formes. Il assume son identité, il se veut Juif par opposition au Juif honteux qui fuyait le judaïsme et qui servait de bouc émissaire aux populations des pays d’exil. Ce nouveau Juif a laissé derrière lui le ghetto, que ce soit le ghetto physique ou psychologique, il a laissé sa vieille peau en Europe pour en revêtir une nouvelle : celle du JUIF DEBOUT, du Juif à cent mille lieues de tous les stéréotypes antisémites qu’il avait, avec le temps, finit par intérioriser. Car en partant à la reconquête de son pays, il a gagné aussi l’estime de soi.

Et c’est sans difficultés qu’il a renoué avec cette terre qu’il avait quittée 2000 ans auparavant, mais qu’il n’a jamais oubliée.Car, même en exil, le Juif n’a jamais rompu le lien qui le rattache à cette terre. Jour et nuit, dans ses prières, il a chanté l’espoir de renouer avec la terre de ses ancêtres.Et pour son pays, il a accompli un exploit : faire d’une langue morte – la langue hébraïque en l’occurrence- une langue vivante !

2018 : 70 ans : L’année des évènements heureux
Avec le nombre 70,difficile de ne pas évoquer l’an 70 (il y a presque 2000 ans), année où l’empire romain conquit Israël et détruisit le Deuxième Temple. Heureusement, contrairement à l’an 70, la vie a fait cadeau à Israël pour ses 70 ans d’une série d’évènements heureux qui lui insufflent une énergie puissante.

– Jérusalem, capitale d’Israël :Qui l’eût cru, qui l’eût dit qu’un jour un président américain se déciderait à reconnaître officiellement Jérusalem comme capitale d’Israël ? Qui plus est, il a choisi le jour-anniversaire de la Déclaration d’Indépendanced’Israël pour le transfert de l’ambassade des États-Unis. Et Donald Trump d’ajouter « J’en suis très fier. Jérusalem a été un sujet qui a été promis pendant de nombreuses années par les présidents. Ils ont tous fait des promesses électorales, mais ils n’ont jamais eu le courage de le faire. Je l’ai réalisé.Jérusalem, c’était ce qu’il fallait faire. On a réglé la question.»

Et d’autres pays ont emboité le pas aux États-Unis : Le Guatemala, le Honduras et le Paraguay. Et on peut d’ores et déjà annoncer sans risque de se tromper que la liste des pays qui reconnaitront dans un avenir proche Jérusalem comme étant la capitale d’Israël sera longue, au grand désarroi de tous les antijuifs .

– Nomination d’un Juif au poste d’ambassadeur des Etats-Unis en Israël, Et pas n’importe quel Juif ! Un Juiffervent défenseur des colonies !

– Nomination du 70ème Secrétaire d’État :Mike Pompeo, diplômé de Harvard et ancien directeur de la CIA, est un homme qui soutient Israël depuis toujours. Et il partage le point de vue de Trump sur l’Accord avec l’Iran. « Nous sommes avec Israël dans ce combat », a-t-il déclaré.

– Retrait des Etats-Unis de l’Accord signé en 2015 avec l’Iran,au grand désarroi des pays européens qui craignent essentiellement pour leur économie, laquelle compte beaucoup plus à leurs yeux que les risques encourus par Israël avec un Iran qui s’installe à la frontière israélo-syrienne et qui se prépare à avoir la bombe atomique.

– Une ambassadrice américaine exceptionnelle auprès des Nations Unies.Nikki Haley, bien que non-juive, défend Israël mieux que n’importe qui. On sent que c’est une femme que les injustices révoltent, une femme qui préfère être à contre-courant que de hurler avec les loups.

Enfin, comme on a pu le constater, tous ces évènements ont insufflé une énergie considérable à Netanyahou qui est redevenu le Bibi que nous avons connu et tant aimé.Évidemment avec ces évènements nous avons tous les ingrédients pour irriter certains chefs d’État et tous les antijuifs de la terre. Mais aussi pour faire le bonheur des Juifs où qu’ils soient dans le monde. Et c’est ce qui importe ! De toute façon, nous avons appris à ne plus nous soucier des jugements portés sur l’État juif.

En résumé, Israël est sans aucun doute la réussite la plus spectaculaire de la 2ème moitié du 20 ème siècle, il est«une lumière pour les nations». Israël, c’est le triomphe de la volonté et de l’esprit humain ; Israël, c’est l’histoire de victoires exaltantes ; Israël, c’est la Terre des miracles.

Et je conclurai en disant de ma patrie de cœur ce qu’avait dit Aragon en parlant d’Elsa « Aucun mot n’est trop beau, trop grand, trop fou quand c’est pour Israël (elle) »

Laisser une Réponse